La validation par dossier, une approche adaptée pour le non-marchand ?

18 août 2016

Le principe de la validation par dossier permet de confirmer des acquis informel ou formel non par un test mais par un dossier.  Ce dernier manifeste de la correspondance entre les acquis du travailleurs et les requis d’une justification diplômante.

Imaginez. Vous travaillez depuis quelques années.  Vous avez enrichi votre bagage professionnel de manière conséquente à travers de multiples expériences professionnelles ou projets individuels. Vous avez participé à l’une ou l’autre formation plus ou moins longue.  Peut-être vous posez vous la question : « mais au fond, comment valoriser tous ces acquis, cette expertise unique ? ». 

Différentes possibilités s’offrent à vous.  Vous pouvez alors reprendre un cursus complet pour formaliser vos connaissances.  Vous suivez alors des cours qui vous permettent de cristalliser un certain nombre de savoirs et pratique qui sont validées via des examens.  Il s’agit souvent d’un processus couteux en énergie et en temps pour le travailleur et son employeur.  Peut-être pourrez-vous l’alléger via quelques dispenses suite à la présentation d’attestations de participation à des modules de formation ? 

Pour certains métiers, une validation par examen dans un centre reconnu est possible. La mise en pratique rend souvent difficile son application pour des métiers dans lesquels la relation à la personne prédomine.   Bref, très peu de métiers du non-marchand bénéficient de ce processus.

Pour pallier à cette limite, l’approche par dossier est testée.  C’est une description et une analyse du parcours mis en place par le candidat pour acquérir et mettre en œuvre une pratique professionnelle.  Le candidat atteste de connaissances mais aussi de techniques, de procédures et d’analyse pour prouver son aptitude professionnelle

Cette approche demande donc un travail d’écriture et de mise en perspective mais aussi des outils d’évaluation spécifique et d’appui du candidat.

La mise en place de ces différents outils est expérimentée grâce à différents projets européen. En Belgique francophone, le projet Validoss  met en perspective ce procédé et l’articule vis-à-vis d’autres expériences européennes. Il permet de questionner la validation par examen et ouvrent des espaces de développement pour la reconnaissance d’acquis de l’expérience dans des métiers  de services à la personne.

Reste à voir comment les partenaires sociaux se saisiront de cette possibilité.  C’est en effet eux qui mettent à l’agenda l’inscription de teu tel métier au processus de validation, à la définition des référentiels et à la mise en place d’espace de validation.