Le tutorat, d'un duo à un projet institutionnel

3 avril 2019

Organiser le tutorat est l'une des conditions principales de sa réussite et le meilleur moyen pour qu'il soit vécu comme expérience positive par tous et toutes ! Pour vous y aider, l’Apef et les Fonds sociaux de formation lancent www.tutorats.org.

Fin mars, pour lancer le nouveau site www.tutorats.org, l’Apef organisait deux journées de réflexion et d’échanges de pratiques sur les enjeux et les conditions de réussite de l’accueil, de l’intégration et de la formation à un nouveau métier.  
L’occasion pour competentia de revenir sur les éléments de cadrage apportés en début de journée par David Laloy, directeur du CERSO : enjeux, avantages et points de tension du tutorat.  
Rappelons que le CERSO, véritable ressource en la matière, a mené plusieurs travaux de recherche [1] et rencontré de nombreuses institutions du non-marchand. Il a d’ailleurs activement participé à la production des contenus présents sur le nouveau site. 

Pourquoi le tutorat a le vent en poupe 

  • Les institutions doivent anticiper une pyramide des âges vieillissante et des départs à la retraite massifs, Le tutorat est une occasion de transmettre les savoirs, savoir-faire et savoir-être des plus ancien·ne·s vers les plus jeunes.
  • Le tutorat constitue dès lors un moyen de palier à la (crainte) perte des pratiques professionnelles et des valeurs dans l’institution.
  • L’évolution rapide des publics, des problématiques et des pratiques dans le secteur non marchand donne l’avantage aux « compétences effectivement mobilisées dans une activité réelle » plus qu’aux seules qualifications.
  • Le tutorat répond au défi des politiques d’insertion des jeunes dans le monde du travail.  Or, le taux d’insertion de jeunes est très faible dans le secteur non marchand.
  • Les plus expérimenté·e·s trouvent, à travers le tutorat, à satisfaire leur besoin de transmission [2].
  • Dans certains métiers, le tutorat répond (par la diversification des tâches ou une posture plus éloignée du terrain) à une demande d’allègement de la charge psycho-sociale.
  • Le tutorat est un outil phare dans les équipes où la pluridisciplinarité et l’interconnaissance résident  au cœur des projets institutionnels.

Les apports pour le·la tutoré·e

  • Se sentir attendu·e et accueilli·e.
  • Être plus rapidement autonome dans sa fonction grâce à des informations opérationnelles et pratiques.
  • S’intégrer plus rapidement dans l’équipe. 
  • Acquérir une vision globale et une connaissance du projet de l’institution, de ses valeurs et de sa philosophie. 
  • Bénéficier d’outils de réflexion sur les pratiques professionnelles et les émotions qui y sont associées.
  • Se sentir soutenu·e, rassuré·e, pris·e en considération et accompagné·e.
  • Être guidé·e et recadré·e si besoin.

Les apports pour le·la tuteur·rice 

  • Clarification de la fonction, l’explicitation du métier dans une logique pédagogique favorisant le degré de précision de ses contours et de ses subtilités.
  • Reconnaissance et visibilité de la fonction.
  • Réflexivité sur les pratiques professionnelles et renouvellement du regard professionnel à travers les échanges avec le·la tutoré·e.
  • Acquisition ou mobilisation de compétences : transmettre, expliquer, reformuler.   
  • Reconnaissance, valorisation, motivation, renouvellement des tâches. 
  • Apaisement et sentiment de pouvoir partir sereinement dans le cas d’un départ à la retraite. 

Les apports pour l’institution 

  • Réflexion et définition de l’objet social, des objectifs et des missions.
  • Maintien des compétences, pérennisation des valeurs et des bonnes pratiques.
  • Amélioration continue de l’organisation. Le tutorat constitue un outil d’adaptation dans un contexte de changement. 
  • Traces écrites du travail effectué et des bonnes pratiques. 

Ce sont également les bénéficiaires des services eux·elles-mêmes qui se trouvent positivement impacté·e·s par une pratique de tutorat bien organisée. Une prise de contact et de connaissance réciproque et en douceur produit la sécurisation de part et d’autre. 

Enfin, dans le cadre d’un travail avec des partenaires extérieurs, le tutorat favorise la visibilité de la transition auprès du réseau. 

Des ajustements à trouver 

Parmi les très nombreux avantages du tutorat, David Laloy identifie quelques « nœuds de tension » pour lesquels des points d’équilibre doivent être négociés ; entre les individus mais aussi collectivement, voire institutionnellement. Citons quelques exemples de nœuds de tension : 

  • Formaliser l’accueil et les pratiques professionnelles vs éviter de les normer à outrance en les rendant trop rigides. 
  • Considérer le tutorat comme une opportunité pour maintenir les pratiques professionnelles dans le temps vs laisser une place aux nouveaux regards et aux nouvelles pratiques pour faire évoluer l'institution. 
  • Soutenir l’autonomie vs assurer la nécessité de recadrer et de rappeler le cadre.
  • Entretenir la transmission d’informations descendantes vs donner la possibilité au·à la tutoré·e d’apprendre sur le tas.
  • Envisager la fonction de tuteur·rice comme portée par une seule personne vs intégrer l’ensemble de l’équipe dans les processus d’apprentissages. 

Prendre le temps et s'outiller 

Autant de réflexions abordées lors des différents ateliers de ces deux journées dédiées au tutorat, et qui ne trouveront sans doute réponse que dans l’expérimentation et la mise en œuvre d’un tutorat souhaité et organisé en équipe avec la coopération des parties prenantes (écoles, tutoré·e·s).

Vos projets peuvent être nourris par les nombreuses informations, les outils à télécharger et les témoignages disponibles sur le site www.tutorats.org. Renseignez-vous aussi auprès de votre Fonds pour connaître les autres ressources disponibles dans votre secteur.  

Enfin, tutorat et gestion des compétences étant intimement liés, l’équipe competentia reste évidemment à votre disposition pour toute information complémentaire sur la mise en place d’actions de tutorat dans votre organisation. .
 

 


[1] Parmi lesquels Elaboration d’une boîte à outils de soutien au tutorat et la production de données dans le secteur 319.02

[2] A ce sujet, n’hésitez pas à creuser le concept de « générativité » d’Erik Erikson. Cette qualité suppose de savoir donner de soi pour guider la génération future et produire une trace qui restera dans l’avenir… et cela produit un grand sentiment d’utilité.