Impliquer par la reconnaissance
À quoi sert-il ?
Accompagner des travailleur·euse·s
Quand l'utiliser ?
Gestion d'équipe
Quel format ?
Auto-diagnostic

En bref

Grille d'analyse des actions institutionnelles porteuses de reconnaissance et qui participent à l'implication des travailleur·euse·s.
Cette reconnaissance peut se décliner à trois niveaux différents :
• Le travail objectif : la reconnaissance de « ce que je fais » : mes compétences, mes efforts, mon travail ; ce qui participe à l’estime de soi et au sentiment d’utilité.
• Le travail subjectif : la reconnaissance de « ce que je suis » : mes idées, mes valeurs, mes propositions ; ce qui induit la confiance en soi et le sentiment d’être une personne à part entière.
• Le travail collectif : la reconnaissance que « j’appartiens au groupe » : mon sentiment d’appartenir au groupe, reconnu comme membre de la communauté au même titre que les autres ; ce qui favorise le respect de soi.

Aperçu

Pour quoi
Identifier au sein de son institution les facteurs de motivation et de démotivation et de pouvoir agir dessus
Pour qui
Le·la responsable et collaboration avec un groupe de travail représentatif du personnel
Nombre de participant·e·s
2 à 10
Durée
1heure
Matériel
La grille d'analyse en plusieurs exemplaires

Partant du principe que la motivation des travailleur·euse·s passe par leur sentiment d’être respecté et reconnu au travail, cet auto-diagnostic passe en revue les mesures institutionnelles qui favorisent la reconnaissance de 3 dimensions du travail : 

  • travail objectif : la reconnaissance de « ce que je fais » : mes compétences, mes efforts, mon travail ; ce qui participe à l’estime de soi et au sentiment d’utilité.
  • travail subjectif : la reconnaissance de « ce que je suis » : mes idées, mes valeurs, mes propositions ; ce qui induit la confiance en soi et le sentiment d’être une personne à part entière.
  • travail collectif : la reconnaissance que « j’appartiens au groupe » :  mon sentiment d’appartenir au groupe, reconnu comme membre de la communauté au même titre que les autres ; ce qui favorise le respect de soi.

Pour exploiter cet outil de manière collective, constituez un groupe de travail représentatif de votre personnel en terme de fonction, d'ancienneté, d'âge, de sexe... 

Proposez à chacun·e de compléter l'auto diagnostic de manière individuelle en passant en revue chacune des propositions et en donnant une pondération selon leur propre vécu au sein de l'institution. 

0 = pas du tout

1 = partiellement 

2 = absolument 

Ensuite remettez en commun l'ensemble des points attribués à toutes les propositions. Ainsi, vous identifierez quels sont les mesures qui existent et qui sont appréciées et les points d'attention à renforcer. 

A partir de là, proposer un exercice de brainstorming en 3 étapes : 

  1. Trouver toutes les bonnes idées pour augmenter le score de la(les) proposition(s) sélectionnée(s). Toutes les idées sont bonnes, ne rien censurer ! Cela favorise la production de solutions.
  2. Sélectionner 3 de ces idées et identifier quelles sont les difficultés qui expliquent que cela ne se fait pas ou que ça n’existe pas.
  3. Identifier les pistes d’actions concrètes pour lever ces freins.

 

Les trucs pour réussir ?

  • Identifiez une personne en charge de l’animation de ce groupe de travail et qui sera garant du processus
  • Veillez à identifier des pistes d’actions qui sont dans la zone d’influence de l’institution c’est-à-dire sur lesquelles elle peut avoir une influence. Il existe un certain nombre de contraintes sur lesquelles il est difficile de pouvoir agir directement. 

Et après ? 

Avec les pistes d’actions identifiées, vous pouvez maintenant lancer des nouveaux projets en interne. Donnez-vous les moyens de les mener à bout sans brûler pas les étapes. Relisez les conditions favorable de la gestion de projet. Consultez notre site web à ce sujet.