Vous avez récolté les besoins institutionnels, collectifs et/ou individuels, qu’allez-vous en faire ?

Thumbnail

Recruter

A partir des besoins en compétences, vous pourrez compléter le profil de fonction et votre offre d’emploi ; créer un questionnaire d’entretien et éventuellement des exercices de mises en situation ; sélectionner le candidat qui convient le mieux.

Elaborer un plan de formation

L’identification des besoins en compétences est l’une des étapes du plan de formation.

Elle s’inscrit dans un cycle, qui commence par s’organiser et se donner les moyens de réaliser le plan. Après avoir détecté les besoins, il s’agira de trouver les réponses adéquates (formation, parrainage, coaching, etc.), de les mettre en œuvre et de les évaluer.

Se former

Si vous cherchez à organiser une formation en particulier et que vous vous êtes penché sur la compréhension approfondie de la demande, vous pouvez maintenant creuser quel type de formation conviendrait le mieux.

Accompagner des travailleurs

L’identification de besoins en compétences individuels peut constituer une étape pour accompagner au mieux les travailleurs dans leur parcours professionnel : arrivée dans l’institution, remises en questions, retour d’absence de longue durée, conflits, stress, départ…

Autre chose ?

L’identification des besoins en compétences de l’équipe a peut-être fait apparaître l’un ou l’autre besoin qui peut difficilement être rencontré par la formation, l’embauche et l’accompagnement. Il s’agit par exemple d’une question d’organisation du travail, de procédures, ou parfois matérielle.

On parle dans ce cas de moyens « non-pédagogiques ».

Braintorming : Une réflexion collective pour créer des idées de développement de compétences.

Un brainstorming est un moyen d’extraire d’un groupe, des idées originales et des solutions novatrices à des problèmes complexes.

La technique du brainstorming donne l’opportunité à chacun de s’exprimer.
L’animateur a un rôle crucial. Il veille à ce que chacun prenne la parole et se sente libre d’exprimer des idées, même décalées ou inattendues.
Le brainstorming nécessite donc une relation de confiance. Il est encore plus efficace si tous les participants ont une idée précise des enjeux liés à la situation.

Il se pratique en deux étapes :

  1. Dans la 1ère phase, les idées les plus farfelues sont les bienvenues !
    Elles permettent de rebondir ensuite vers des propositions plus réalistes.
     
  2. Dans la 2ème phase :
     

    1. Ouverture aux idées : faire place à l'imagination

      1. Trouver un maximum d'idée dans un temps limité
      2. Créer des connections entre les idées, les enrichir et les compléter
      3. Penser à de nouvelles alternatives d'actions
         
    2.  Transformer les idées brutes en solutions adaptées
      1. Transformer les idées en possibles dans l'association ici et maintenant
      2. Sélectionner de nouvelles actions, des procédures réalistes et réalisables dans la situation
Thumbnail

Comment sélectionner une idée à l’issue d’un brainstorming ?

On peut notamment se servir de graphiques, pour visualiser les solutions qui produisent le meilleur effet.
Par exemple, une matrice « Impact-Effort » (voir l’image), mesure pour chaque alternative, l’importance de l’effort à fournir (en temps, en budget, etc.) et dans quelle mesure cette solution proposée apportera un impact positif ou non sur le problème: pour conduire au mieux vos brainstormings, n’hésitez pas à consulter les nombreuses pages consacrées à cette technique.

Des démarches ludiques existent pour prioriser des propositions et éviter de tomber dans des situations où chacun défend, dans des débats sans fin, sa position ou celle d’un « ami ».