7 conseils pour une organisation apprenante

17 mai 2016

C’est ce que révèle notre récente enquête et voici maintenant quelques conseils pour guider votre organisation vers un travail "durable"1

1. Tester une autre forme d’apprentissage

Une formation « mauvaises nouvelles » dans laquelle une personne raconte ce qui se fait et ce qui ne se fait pas, mais où l’on a aucune occasion de s’exercer ? Mauvaise idée.

Il existe un tas d’autres formes d’apprentissage que la formation classique, avec chacune leurs forces. Pensez par exemple à l’intervision, le coaching, l’apprentissage entre collègues, la recherche autonome d’informations, les webinars…

Beaucoup de travailleurs de notre secteur sont obligés de suivre régulièrement une formation dans un domaine bien défini. Souvent, ils perdent l’intérêt pour ces formations récurrentes et n’en voient plus l’utilité. Une autre forme d’apprentissage apporte un nouvel éclairage à un sujet déjà souvent visité et le transforme en une occasion particulièrement riche d’apprentissage.

2. Appliquer ce que l’on a appris, c’est se développer

L'organisation doit veiller à encourager ses collaborateurs à appliquer concrètement leurs acquis dans leur pratique. Le processus d’apprentissage se poursuit sur le terrain, après la formation proprement dite.

Il faut également vérifier si le contenu de la formation est en ligne avec la vision et la politique de l'organisation… et clarifier cette recherche de cohérence avec les participants.

Nous avons beaucoup de familles qui ont des problèmes psychiatriques et nous avons reçu des formations en ce sens. Une matinée ou un après-midi, assis à devoir écouter, ce n'était pas évident. Mais finalement, nous savons clairement ce que nous pouvons faire ou pas. L’explication que nous  avons reçue de notre employeur était différente de la formation que nous avions suivie. (dame, 55 ans, aide aux familles et seniors)

3.  Penser en termes de projets, pas seulement en termes de lacunes

 Imaginez, vous avez le choix :

  • Travailler à l'amélioration de l'un de vos défauts,
  • développer l’un de vos talents et évoluer dans vos intérêts et forces naturelles

Votre motivation personnelle vous guidera certainement vers cette 2ème voie!

4. Préparer un plan

Impliquez toute l’équipe dans l’élaboration d’un plan de formation. Demandez à chacun dans quels domaines il souhaiterait apprendre. 

5. S’assurer du partage de connaissances dans une organisation

Le partage de connaissances permet aux travailleurs de se sentir valorisés. De plus, ceux qui partagent, apprennent par la même occasion. En cas de départ ou d’incapacité de collègues, cela permet d’assurer un meilleur suivi. Le partage tisse également des liens entre collègues, favorise une meilleure collaboration et un meilleur soutien de la charge émotionnelle.

Je trouve bien dommage que nous n’ayons pas toujours le temps d’apprendre de nos collègues. Par exemple, si quelqu’un quitte le service, il n’y a pas beaucoup de temps (ou d’argent car les subsides ne sont pas suffisants pour permettre un chevauchement des présences) pour une reprise-remise digne de ce nom. (dame, 30 ans, secteur socio-culturel)

6. Laisser de l’espace pour tester quelque chose de nouveau

Nous apprenons énormément en faisant ! En tombant et en se relevant. 

Osez donner aux travailleurs l’espace pour apprendre une nouvelle compétence. Non seulement, ils apprendront beaucoup de cette expérience, mais votre organisation également sans aucun doute. Dans un cadre clair, recevoir l’espace, le temps et la confiance d’expérimenter soi-même une nouvelle activité, est extrêmement motivant.

7. Le feedback, la source d’apprentissage la plus puissante

De l’avis des travailleurs eux-mêmes, le feedback présente un énorme intérêt. Celui de leurs collègues, de leurs responsables et de leurs bénéficiaires leur permettent d’apprendre directement ce qu’ils font bien et ce sur quoi ils peuvent s’améliorer. Si le fait de donner et recevoir du feedback ne fait pas partie des habitudes dans une organisation, nous constatons un réel manque chez les travailleurs.

C’est bien aussi de recevoir ce genre de feedback : car comment savoir ce qui est bien ou mal si l’on ne reçoit jamais de retour ?  (dame, 30 ans, secteur socio-culturel)

Et... super important: n’oubliez pas le feedback positif !

Pour aller plus loin :

Le transfert des acquis

Le plan de formation

Saviez-vous que… varier les possibilités d’apprentissage a une influence positive sur la « durabilité » du travail ?

Notes & références

  1. « Werkbaar werk » en Néerlandais : un travail dans lequel nous prenons plus de plaisir, où nous apprenons plus, dans lequel nous restons plus longtemps et où nous sommes moins souvent malades.

  2. Traduction : Catherine Bardiau