Compétences émotionnelles

8 mai 2015

Qu’entend-on par « compétences émotionnelles » ?

Les compétences émotionnelles permettent

  • d’analyser l’impact des émotions[i] sur nos comportements et nos raisonnements dans les différentes situations professionnelles
  • de les utiliser de manière stratégique pour augmenter l’efficacité individuelle et collective.[ii]

Les 4 étapes de l'intelligence émotionnelle, popularisée dans les années 90 par Daniel Goleman, peut se traduire en 4 compétences principales :

  1. La conscience de soi: être toujours conscient de ses émotions, savoir les nommer, les verbaliser. Les repérer pour ensuite pouvoir comprendre le message de l’émotion afin de pouvoir agir dessus.
    C’est la base de l’intelligence émotionnelle.
  2. La maîtrise de soi: gérer ses émotions de façon à ce qu’elles facilitent son travail au lieu d’interférer avec lui. Récupérer rapidement d’une perturbation émotionnelle.
    C’est la base de l’efficacité et l’accomplissement personnels.
  3. L’empathie: identifier les émotions d’autrui, être capable d’appréhender leur point de vue et entretenir des rapports harmonieux avec une grande variété de gens.
    C’est la base de relations fluides.
  4. Les aptitudes humaines: savoir gérer ses émotions et celles d’autrui. Réagir avec tact. Utiliser ses aptitudes pour persuader, guider, négocier et régler les différends, pour coopérer et animer des équipes.
    C’est la base du leadership.

Que signifie « gérer » les émotions ?[iii]

Gérer ne veut pas dire dominer ou « contrôler » les émotions. L’intelligence émotionnelle invite au contraire à se mettre à leur écoute, les comprendre et adopter le comportement qui convienne à la situation.

Dans cette approche, l’émotion est une source d’information, un signal, un messager, qui nous renseigne sur nous-même, autrui, l’état de la relation à l’autre / à notre environnement social et physique.

Il s’agit d’apprendre à maitriser le plus tôt possible les émotions qui nous posent problème, les extérioriser davantage et prendre l’habitude de se mettre à la place de l’autre, sur le plan émotionnel, dans une conversation.

Etre capable d’aider les autres quand ils ne vont pas bien ou risquent de se laisser emporter par leurs émotions est une capacité très utile dans de nombreuses professions qui impliquent d'entrer en relation ou de diriger les individus.

Manquez-vous d'intelligence émotionnelle?[iv]

La réponse est oui si :

  • vous avez souvent l'impression que les autres ne comprennent rien à rien, cela vous rend frustré et impatient
  • vous êtes surpris quand d'autres se montrent sensibles à vos commentaires ou vos blagues et qu'ils vous semblent réagir de façon démesurée
  • vous pensez qu'être apprécié au travail est surfait
  • vous êtes souvent hyper-convaincu de vos affirmations et les défendez avec force
  • vos attentes vis-à-vis de vos collègues sont aussi grandes que vos attentes vis-à-vis de vous-même
  • vous pensez que vos collègues sont responsables des problèmes dans votre équipe
  • cela vous ennuye lorsque d'autres vous parlent de leurs émotions.

Comment les développer ?

Les compétences à développer sont donc la conscience de soi, la maîtrise de soi – qui va de pair avec la confiance en soi, l’empathie et les aptitudes humaines.

Ces compétences peuvent être développées à tout âge et par tout type de personnes.

Les moyens de les développer sont nombreux. L’expérience de vie en est la première forme, à condition de savoir tirer les leçons de nos expériences…

  • Demander du feed-back : se connaître soi-même passe aussi par le regard des autres. Observez-vous et soyez ouverts à ce que l'on vous dit de vous.
  • Observer les autres : soyez attentifs à leurs réactions, leurs commentaires, leur langage non-verbal.
  • Se former : écoute active, assertivité, mieux se connaître, gérer son stress, conduite de réunion, gestion d’équipe… Des formations « développer ses compétences émotionnelles » existent par ailleurs comme telles.
  • Se faire coacher, qui permet de dénouer une situation à partir d’une meilleure connaissance de soi et de son environnement. Le coaching fournit des outils de développement personnel et de communication. Il existe sous différentes formes : individuelle ou collective, coaching « classique », équi-coaching, impro-coaching, etc.
  • La supervision, le tutorat, les conférences, etc : toutes les formes d’apprentissage informel sont naturellement des moyens de développer son intelligence émotionnelle.

Et dans le plan de formation ?

Certains plans de formation sont très orientés compétences « techniques » (informatique, technique d’animation, législation, …). Les besoins en compétences émotionnelles sont parfois moins facilement énoncées, peut-être par crainte de soulever des « problèmes » ou des conflits. Vous trouverez dans notre rubrique brainstorming, une série de méthodes de réflexion collective qui permettent de les détecter.

 

Notes & références

  1. [i] Les émotions de base (la roue de Pluchik)

    [ii] Les compétences émotionnelles au coeur de la performance individuelle et collective, Lisa Bellinghausen (IFAS & Laboratoire Neuroscience et psychologie cognitive – CNRS)

    [iii] Développer l'intelligence émotionnelle, Christelle Lacour (Université de Paix)

    [iv] https://hbr.org/2014/12/signs-that-you-lack-emotional-intelligence