Mieux prévenir les risques psychosociaux

2 septembre 2014

Ce que prône désormais la loi sur le bien-être au travail

Ce 1er septembre 2014 les modifications de la loi sur le bien-être au travail centrées sur la prévention  des « risques psychosociaux » sont entrées en vigueur. 

Les Risques Psycho-Sociaux (RPS) y sont définis mais aussi leur source, c’est-à-dire l’ensemble des facteurs de risque compris dans le contenu du travail, les conditions de travail, y compris les conditions matérielles, l’organisation du travail et les relations interpersonnelles. La loi ne se focalise plus uniquement sur la prévention de la violence et du harcèlement moral ou sexuel au travail : l’accent est davantage mis sur le renforcement de la prévention collective des RPS.

Comme tout autre risque « classique » les RPS représentent une probabilité que des travailleurs subissent un dommage, qui peut se manifester, dans le cas des RPS, par des angoisses, de la dépression, voire un burn-out (dans les cas graves) mais aussi par des aspects physiques (hypertension, troubles du sommeil, fatigue intense…). Ces effets ont aussi un impact sur le plan du collectif de travail, au sein de l’équipe (climat tendu, conflits, absentéisme ou présentéisme, diminution de la qualité du travail…).

Même s’ils sont complexes à définir, les facteurs de risque psychosociaux ont été classifiés notamment par le SPF dans un Guide très pratique permettant aux équipes de faire une analyse de risque, depuis le dépistage, ensuite l’observation et  jusqu’à l’analyse approfondie si nécessaire (à l’aide également d’une bourse à l’accompagnement des Fonds sociaux paritaires tels ISAJH, ASSS, MAE…).

Les procédures de résolution des problèmes liés aux RPS ont été modifiées. Un travailleur peut désormais faire une demande d’intervention psychosociale informelle d’abord (et ne pas forcément «  déposer une plainte ») auprès de la personne de confiance (s’il y en a une désignée) ou du conseiller en prévention aspects-psychosociaux (au SEPP). Bien des situations pourront de la sorte être prises en compte et résolues, y compris collectivement. La demande d’intervention formelle comporte également des modalités à mettre en œuvre collectivement et non seulement individuellement.

Pour en savoir plus, consultez les nouvelles fiches de la BOBET (6, 6.2 et 6.2.3),  le Guide pour la prévention des RPS ainsi que respectautravail.be et ou sur burnout-institute.org.