Nommer c’est faire exister !

20 février 2018

En 2017, competentia amorçait une démarche en faveur de la promotion de la diversité en publiant 15 fiches sur le thème du recrutement non discriminant. Avec la nouvelle version du site, l’un des objectifs est de continuer à outiller les employeurs du secteur non marchand sur les questions de gestion des compétences, en y intégrant de manière transversale la thématique de la diversité.

Le nouveau site a été développé selon les critères fixés par Anysurfer [1] en matière d’accessibilité aux personnes porteuses d’un handicap.  Nous ajouterons bientôt des focus « diversité et anti-discriminations ».  Et dès maintenant… nous nous lançons progressivement dans la relecture et la correction inclusive de nos articles ! 

L’écriture inclusive, besoin d’une petite explication ?

L'écriture inclusive désigne l'ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d'assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes [2].  Il existe trois grandes manières  d'utiliser le langage pour faire en sorte que femmes et hommes se reconnaissent à la lecture d’un texte :

  1.  Accorder en genre les noms des fonctions, grades, métiers et titres - Exemples  : "présidente", "directrice", "chroniqueuse", "professeure", "intervenante", etc.
  2. User du féminin et du masculin, par la double flexion, l'épicène ou le point milieu - Exemples : "elles et ils font", "les membres", "les candidat·e·s à la Présidence de la République", etc. 
  3. Ne plus mettre de majuscule de prestige à "Homme" - Exemple :  "droits humains" ou "droits de la personne humaine" plutôt que "droits de l'Homme".

L’écriture inclusive est donc bien une démarche qui vise l’égalité entre les femmes et les hommes. Elle rappelle que c’est aussi à travers le langage que l’on produit des inégalités et des stéréotypes. Pourtant, en s’y exerçant quelque peu, c’est assez simple de rendre leur visibilité aux femmes ; elles qui sont présentes et actives dans les sphères privée et publique et qui restent pourtant si souvent absentes des constructions grammaticales.  

L'écriture inclusive peut être utilisée dans bien des contextes, comme la rédaction de brochures, de textes législatifs ou de publicités, ainsi que, bien-sûr, dans le monde de l'emploi.

Au-delà de la posture de principe, il faut envisager l’écriture inclusive comme une initiative pragmatique de gestion des compétences.

Quel lien existe-t-il entre l’écriture inclusive et la gestion des compétences ?

Le jargon, les modèles et les outils de gestion des compétences sont parfois fort théoriques et éloignés des gens de terrain. Pour être réellement efficaces, les travailleur·euse·s doivent pouvoir les utiliser et se les approprier. Pour ce faire, la première étape est de donner la possibilité à tout le monde de se reconnaître à la lecture d’un texte.

Un exemple :  si dans une offre d’emploi je lis à toutes les lignes « LE chargé de projet… », il est probable que j’intègre inconsciemment que c’est un homme qui est attendu pour le poste. En tant que femme, il y des chances que je ne postule pas, même si j’ai des compétences à faire valoir. Pour l’institution, le risque est de passer à côté d’un tas de candidatures intéressantes.

Il y a un réel intérêt à refléter d’avantage la réalité en soignant le langage. Comment par exemple demander aux équipes d’une crèche de se sentir concernées par le règlement de travail si à chaque chapitre on a écrit « le travailleur…  » alors que la majorité des lecteurs sont des lectrices ?

D’autres arguments en faveur d’une gestion des compétences soucieuse de l’égalité femmes/hommes peuvent être avancés :

  • Respecter les obligations légales et positionner votre organisation.  Rappelons la CCT 95 qui doit être annexée à chaque contrat de travail et qui garantit l’égalité de traitement entre femmes et hommes dans toutes les phases de la relation de travail. Il y a aussi la CCT 38 qui concerne plus spécifiquement la sélection et le recrutement. L’ajout de la mention H/ F à côté du titre de la fonction recherchée est également bien connue pour respecter a minima la législation. Dépassez ces quelques principes de base en adoptant de manière systématique l’écriture inclusive et donnez à votre institution une image positive et proactive !
  • Casser le désormais célèbre plafond de verre qui fait que les femmes accèdent encore et toujours moins que les hommes à des postes à responsabilités. Vous recrutez pour un poste de manager ? Veillez à ne pas freiner les femmes à postuler en utilisant des terminologies trop masculines dans vos descriptions de fonctions et les compétences exigées. L’organisation du travail joue aussi un rôle dans l’accès à des postes à responsabilité. Si vous exigez un temps plein pour être chef·fe, les femmes qui prennent statistiquement plus de crédit temps pour s’occuper de la famille sont globalement plus souvent exclues de ces fonctions.  Est-il dès lors possible de réfléchir à des aménagements de conciliation vie privée /vie professionnelle ?
  • Casser aussi la paroi de verre et lutter contre la ségrégation horizontale dans l’emploi.  Vous le savez, certains secteurs et certains métiers sont d’avantage investis par les hommes et d’autres par les femmes. A l’heure où certains métiers sont considérés comme en pénurie (c’est à-dire qu’il est difficile de trouver des personnes pour effectuer ces métiers), il faut faire évoluer les mentalités. Avec l’écriture inclusive il est possible d’œuvrer au décloisonnent des métiers traditionnellement féminins ou masculins! 

Soyez convaincu·e·s, lutter contre les stéréotypes de genre aura pour effet de répondre pragmatiquement à vos enjeux de recrutement et vos besoins en compétences.

Progressivement disait-on…

Le temps faisant souvent défaut, revoir et corriger l’ensemble des documents peut être fort fastidieux.  L’équipe de competentia est confrontée à la même difficulté et, de notre côté, nous avons décidé d’introduire l’écriture inclusive dans nos nouvelles productions et d’effectuer progressivement la correction des anciennes publications.  

Autre petite astuce en attendant la perfection : ajouter une petit phrase type là où c’est possible : « L’usage des terminologies s’effectue à titre épicène, c’est à dire que la distinction de genre est neutralisée ».

Pour plus d’infos, nous vous renvoyons ici à deux outils : le guide de féminisation des noms de métiers, titres et fonctions et un guide pratique d’écriture inclusive.