Exprimer avec justesse de la reconnaissance aux travailleur·euse·s

19 octobre 2021

La reconnaissance est un élément central dans la construction d’une identité professionnelle. Valoriser l’apport d’un·e travailleur·euse est également un facteur important de cohésion et d’implication de l’ensemble de l’équipe. 

Savoir exprimer avec justesse de la reconnaissance aux travailleur·euse·s peut avoir des effets puissants !

Competentia met à votre disposition 2 outils pour vous y aider

Ces outils pourront vous aider de différentes manières.

  • Sensibilisez votre équipe ! L’autodiagnostic permet de mettre en avant ce que vous faites déjà.  Cela permet aussi de pointer certains « trous dans la raquette » et ainsi d’initier d’autres modes de reconnaissance. 
  • Diversifiez vos pratiques ! Certaines structures ont une culture uniforme de la reconnaissance. Elle touche donc un public, certain·e·s travailleur·euse·s pouvant  d’autres part se sentir non valorisé·e·s
  • Affinez vos actions ! Les exemples donnés pourront vous aider à trouver des manières d’ajuster votre reconnaissances aux réalités et aux vécus des travailleur·euse·s de votre institution.

Soigner les plaies des "années Covid"

Les deux dernières années ont chamboulé le monde du travail. Certains métiers ont été jugés essentiels. Par défaut, d’autres se sont retrouvés qualifiés de « non-essentiels ».

Cela a eu des impacts en termes d’identité professionnelle pour tous…

  • Les « essentiels » ont reçus un statut de « héros ». Il a dès lors été encore plus difficile, pour ces personnes, de faire entendre les difficultés structurelles liées à l’exercice de leurs métiers.
  • Les personnes exerçant des métiers qualifiés de « non-essentiels » ont vu leur apport à la société actuelle (encore une fois) questionné.

Ces impacts peuvent, à plus ou moins long terme, miner la cohésion et l’implication au travail[1].

Il est donc plus que jamais pertinent que les institutions soutiennent leur·e·s travailleur·euse·s dans le développement d’une identité professionnelle forte et sereine.

1001 manières de reconnaître...

Il existe une multitude de manières de valoriser une personne !

On distingue en général 4 types de reconnaissance. 

  1. Celle qui s'adresse à la personne "en elle-même" ;
  2. Celle qui valorise sa manière d’effectuer le travail (en mettant en avant certaines façons d’agir) ;
  3. Celle qui souligne son implication (en mettant en avant les efforts déployés)
  4. Celle qui met en avant le fruit de son travail (en valorisant la performance). 

Il est utile de varier ces types de reconnaissance, en fonction des sensibilités et des situations de travail.

L’effet de la reconnaissance varie également en fonction de qui reconnaît :

  • l’institution
  • un·e collègue ou d’un groupe de collègues (par exemple, les membres d’un service dans un hôpital ou un groupe éphémère lié par un projet au sein d’un centre d’accueil).

Enfin, la reconnaissance peut être

  • formelle, c’est-à-dire établie institutionnellement (lors de son anniversaire, chaque travailleur·euse reçoit un ballotin de pralines, c’est une reconnaissance « formelle existentielle » par l’institution)
  • ou informelle, c’est-à-dire non automatique (un·e travailleur·euse  souligne, devant la machine à café et en « one to one », les bienfaits d’une action d’un·e autre travailleur·euse).

Reconnaitre ?  Non peut-être…

En reconnaissant les travailleur·euse·s, la structure nourrit ce sur quoi ils·elles s’appuient pour développer leur action. C’est également l’opportunité de se montrer cohérent vis-à-vis des valeurs que l’on promeut envers ses bénéficiaires et dans ses missions, en les mettant au service des travailleur·euse·s. Cette cohérence est un facteur essentiel d’implication.

Manifester de la reconnaissance montre enfin l’importance que l’institution accorde à ses travailleur·euse·s et à leurs actions.

Chaque situation est particulière. Testez, observez l’impact et adaptez ces outils à vos besoins.  Si vous êtes authentique dans votre démarche, pas de doutes, c’est l’ensemble de la structure qui sera … reconnaissante !

Notes & références

  1. [1] L’identité professionnelle est en effet une construction.  Elle résulte d’expériences vécues dans la vie privée et dans notre cadre professionnel, dans notre passé, notre présent et nos projections.  Elle fait interagir image de soi, image envoyée aux autres et image que les autres renvoient.