Et si on organisait un « brainstorming » ?

5 mai 2021

Souvent, au lancement d’un projet, au cours d’une réunion, quelqu’un·e y va de cette idée.  Voici des éléments pour faire un usage pertinent de cette « tempête de cerveau ».

Consulter et impliquer

Dans une logique participative et collective, la mise en oeuvre de nouveaux projets ou leur évaluation débute souvent par une consultation d’un groupe de personnes dont la contribution est jugée pertinente.

Cette récolte d’informations peut mettre en lumière différents aspects :

  • les souhaits des participant·e·s ;
  • les réalités du groupe (en termes d’organisation, de compétences, de missions institutionnelles) ;
  • les besoins des bénéficiaires[1],
  •  etc.  

Un brainstorming, quelque soit la technique utilisée, est un moment fort d’implication des parties prenantes. C’est pourquoi il est particulièrement intéressant d’y faire participer les personnes qui seront actives par la suite dans la mise en œuvre du projet.  En effet, à travers ce moment, elles pourront appréhender ce projet et proposer des actions leur tenant à cœur et leur permettant de mettre en avant leurs compétences.

Il est donc important que ces collectes se déroulent dans un climat, et selon un processus, qui permettent à chacun·e de s’exprimer et d’être entendu·e.

Le bon outil outil au bon moment

Le site Competentia contient déjà plusieurs outils apportant des méthodes pour créer des conditions adéquates à ces récoltes d’informations. Ces méthodes, issues ou inspirées d’approches d’ « intelligence collective », ont pour but d’ouvrir un espace de parole afin de faire ressortir des ressources et des idées originales connectées aux réalités de terrain.

Nous avons étoffé notre offre de 4 nouveaux outils pour vous aider à encore mieux brainstormer :  

  • le speedboat vous permet d’identifier collectivement un objectif, des freins et des ressources et est particulièrement adapté pour initier un projet ;
  • l’appreciative inquiery ou l’incident critique peuvent servir à déterminer des besoins de compétences suite à la réalisation d’une action ou d’un projet ; 
  • la "méthode des 6 chapeaux " permet de prendre en compte différents points de vue.

Certains outils prennent plus de temps à mettre en place et demandent un certains savoir-faire pour mettre en oeuvre un processus. D’autres peuvent être utilisés de manière plus spontanée, comme les « 6 chapeaux » qui sont mobilisables dans une courte séquence au sein d’une réunion pour « faire le tour » d’une problématique.

Attention: un moment de brainstorming n’est pas un moment de décision!  C'est après avoir identifié des possibles, qu'il s’agira ensuite de prioriser et/ou choisir. Quelques méthodes pour y parvenir vous sont proposées dans « 4 outils ludiques pour prioriser ».

Poser un cadre

Afin de permettre à chacun·e d’être écouté·e et de participer à la récolte, l’outil « Mettre en œuvre un brainstorming » vous propose quelques règles afin de poser un cadre dans lequel l’équité, le non-jugement et l’inclusion sont mobilisés.

Il est aussi important de cadrer le champ de décision : les participant·e·s sont ils·elles invité·e·s à donner leur idées ?  A sélectionner celles qui seront mises en œuvre ?  A réfléchir à qui les mettra en œuvre ? Il est important de le préciser dès le début afin d’éviter des frustrations (voire peut-être du non-soutien) par la suite.

Enfin, s’il y a des règles, il est souhaitable que quelqu’un en soit le·la gardien·ne, en facilitant le processus par des rappels du cadre, des étapes et des conditions d’interactions au groupe. Il est possible qu'une personne assure ce rôle tout en participant au processus, pour des groupes ayant déjà une certaine « maturité » dans l’usage de ces outils d’intelligence collective.

Si vous souhaitez un complément d’information, n’hésitez pas à contacter le Service conseil de Competentia. Nous serons heureux de pouvoir vous apporter notre aide.

 


[1] Dans certaines approches, ces bénéficiaires sont intégrés, par une participation directe ou via une enquête menée en parallèle.